Category Archives: Non classé

La jungle, de l’eau des ponts

IMG_0141

un nouveau plan d’eau a 345 m d’altitude, invisible sur les cartes.

3 e semaine au Laos l’équipe K17 poljé GB (Gentils Bisounours ?) est réduite à quatre irréductibles aventuriers (avec leur passeport !) qui s’enfoncent dans la province de Borikhamxay. Objectif : Trouver de nouveaux objectifs pour K18 ! Nous avons deux massifs karstiques dressés devant nous et il nous faut trouver une piste qui mène au plus près.

IMG_0160

Passage d’un pont qu’on ne passera finalement pas.

IMG_9831

filet pour attarper les chauve souris … et les manger ! La faune est réduite a portion congrue ici, on subsiste.

IMG_9834

Nham Na Di, on en verra pas le bout cette fois ci.

IMG_9836

entre bambouseraie et rivière

IMG_9842

accôtement dangereux :-)

Nous avons barthassé comme des furieux… en vain. Discussion avec les Laos notre vocabulaire s’enrichit (bo houuu : connaît pas). Nous retournerons demain aux alentours de Ban Na di pour trouver la source d’une rivière qui nous a bien nargué. De l’eau en période sèche qui sort de la montagne c’est plein de promesse. Nous logeons à ban Na Hin dans un guest house tenu par un lao francophile et polyglotte.

De Tham Kagnung à Houay Saï Perte, l’aventure continue

8 mars journée de la femme. Nous sommes deux nanas au camp enchantées par cette perspective. Au Laos, la journée de la femme est tout simplement un jour férié.

La seconde semaine d’exploration a été riche en découvertes et pas des moindres. Tout d’abord avec le premier gros objectif à Tham Kagnung.

sortie de Tham Kagnung en canoë

Tham Kagnung c’est aussi du canoë sous terre et des embâcles avec lesquels il faut négocier.

Une équipe y part en bivouac pour lever les multiples points d’interrogation d’un réseau qui totalise désormais plus de 12 km sous terre. On retourne à l’extrémité du réseau sud et découvrons des empreintes de pas, nombreuses de plusieurs individus dont un bébé. C’est l’euphorie.

 

Tham Kagnung

Tham Kagnung – un réseau gigantesque et des surprises à chaque nouvelle intersection

Les empreintes se localisent vers un point d’eau tout contre la paroi et le long d’un sentier qui mène vers une zone de perles de caverne. Spéculation, rêve et théorie abracadabrantes se succèdent (ils vont chercher des perles pour leur maman pour la fête des mères ?). On trépigne de joie. Balisage soigneux des zones pour leur protection et photographie de ce témoignage du passé, à 8 km de l’entrée connue.

empreintes de pas dans la galerie Sud de Tham Kagnung.

empreintes de pas dans la galerie Sud de Tham Kagnung.

Une prospection fine ne permet pas de trouver une autre possibilité de passage vers la surface. Une chose est sûre : c’est vieux. A l’étude des empreintes agrandies sur un écran d’ordinateur force est de constater qu’il s’agit probablement d’une famille de primates, le pouce du pied étant caractéristique sur certaines traces. Des empreintes d’ours et traces de griffes semblent aussi se détacher.

julien empreinte

Balisage de protection des zones d’empreintes pour tout garder intact et report pour étude à postériori.

 

Plusieurs galeries bouclant avec les premières sont topographiées, chaque puits exploré. Descendre nous conduit systématiquement sur un arrêt sur boue ou sur siphon, les grimpeurs sont tapissés d’argile de pied en cap. Ce n’est pas vers le bas qu’on trouvera la suite.

fond de puits après une escalade dans Tham Kagnung

fond de puits après une escalade dans Tham Kagnung.

Une autre équipe reviendra en fin de semaine pour tenter des escalades sur des balcons et dans une conduite forcée de 30 m vers la surface (doline au dessus ?).

 

L’équipe scientifique qui nous a rejoint reste deux jours pour prélever à Tham Waf et Tham Lô les échantillons nécessaires à son étude sur le paléoclimat.

L'équipe scientifique effectue ses prélèvements.

L’équipe scientifique effectue ses prélèvements.

 

 

Tham Lô majestueux, attention à ne pas se perdre dans la salle d'éboulis !

Tham Lô majestueux, attention à ne pas se perdre dans la salle d’éboulis !

Une équipe engage une sortie de 18 h à Houay Saï Perte pour éviter la logistique d’un bivouac sous terre. Escalade périlleuse de 65 m hélas sans suite.
Grosse journée pour les grimpeurs (euse)  qui qualifient leur prouesse de dantesque. (Côte Abo).

tsingy dans Tham Houay Saï

tsingy dans Tham Houay Saï

Le milieu de la semaine nous met au repos ou à la prospection. Des équipes opiniâtres et résolues s’enfoncent dans la jungle et les tsinguis avec une vitesse de progression royale de 350 à 500 m par heure… une journée de 10 h de marche éreintante auxquelles s’additionnent des transfert en 4×4 sur des pistes embuées de poussière. Les genoux n’en peuvent plus !

Nos relations avec les villageois et ceux des villages alentours se renforcent. Nous participons à une fête à ban Vieng une autre à Ban Louang. Un lao anglophone nous parle de cavités plus loin dans le polje, se ravise, tergiverse. Quelques bières et cigarettes, la traduction efficace de Meing notre cuisinier, en viennent à bout. Nous avons besoin de nouveaux objectifs, ça tombe bien.

On danse, on chante des ballades françaises à 4 voix. Plaisir de vivre ensemble.

On danse, on chante des ballades françaises à 4 voix. Plaisir de vivre ensemble.

Nous serons refoulés le lendemain à Ban Phôm Bôk malheureusement, faute d’autorisation. Pas de problème, on repart à l’aventure au gré du karst à un autre endroit du poljé et rencontrons 3 jeunes Laos qui nous conduirons à l’entrée d’une nouvelle cavité que nous baptisons temporairement Tham Phou Nying (femme en lao). Nous topographions 3,8 km de réseau en 2 jours dans ce nouveau réseau. Nous en sommes à 9000 m de réseau topographié depuis le début de la semaine.

Tham Phou Nying

Tham Phou Nying 3 jours à exulter et arrêt sur rien.

Samedi, une partie de l’équipe s’envole pour la France malgré quelques problèmes administratifs (passeports confisqués : la fédération française de Spéléologie (FFS), le ministère des affaires étrangères et l’ambassade s’occupent de nous) et les 4 speleos restants attendent pour repartir vers ban Nahaïn.

photo de l'équipe avant départ d'une partie d'entre elle.

photo de l’équipe avant départ d’une partie d’entre elle.

L’équipe GB, la crème de la crème !!!

semaine 1 : les objectifs s’ajoutent avec de nouvelles cavités

Nous sommes arrivés à Ban Vieng depuis une semaine. On en peut plus de joie, tous les jours nous faisons de la première dans de nouvelles cavités. 3,2 km à ce jour.

le village de Ban Vieng où nous vivrons quinze jours

le village de Ban Vieng où nous vivrons quinze jours

Les 3 premiers jours sous la pluie et un froid qui nous rappelle le Vercors, on n’avait pas prévu ça et certains ont eu froid sous leur moustiquaire tropicale.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Repas du soir en parka. On a bouché toutes les entrées du temple avec des bâches pour lutter contre le vent froid.

 

Tham Wouf 60 m d'escalade en falaise et 60 m d'escalade sur coulée stalagmitique

Tham Wouf 60 m d’escalade en falaise et 60 m d’escalade sur coulée stalagmitique

Découverte de Tham Waf où nos amis américains, spécialistes en paléoclimat, iront prélever demain.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Les gours de Tham Waf avant que la galerie ne pince

Découverte de Tham Wouf à flanc de falaise avec une escalade de 60 m après 40 minutes de marche d’approche dans les tsingis et la jungle. Un porche majestueux et un développement de 340 m dans les choux fleurs cristallins et les draperies… On aurait espéré mieux pour les heures d’efforts… mais le paysage était majestueux, porche de 100 m de haut, concrétions à gogo,… falaises laotiennes au loin…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Uropyge ou pseudo scorpion à Tham Belle Gaga

Découverte de Tham Bel-Gaga qui développe 940 m topographié et 230 m estimés. Trois niveaux dans cette grotte et encore deux aux dimensions plus discrètes.

Départ dans Tham Kagnung

Départ dans Tham Kagnung

Le gros réseau de Tham Kagnung a été l’objet d’une grosse sortie avec un peu de préparation pour tailler un passage à la machette pour les pirogues dans la jungle jusqu’à la perte…. Ambiance jungle-aventure…

Puis, une sortie, arrêts sur rien à gogo dans les galeries sup, vers le sud, vers la résurgence que nous rêvons de jonctionner… au milieu de paysages souterrains exceptionnels, milliers de perles sublimes au sol, galerie de 20 m de diamètre.

Paul en explo :-)

Paul en explo :-)

Dimanche, nous partons à 6 avec pour objectif la galerie sud de Tham Kagnung. Navigation au milieu des embâcles et après le franchissement de plusieurs éboulis gigantesques et corrodés, escalade de 30 m jusqu’à un plateau sablonneux. C’est là que nous bivouaquerons dimanche pour poursuivre l’exploration, deux équipes topos.

Florence Guillot et Paul Cordier à Tham Wouf

Didier Lescure à la topo avec JP Bartholeyns à Tham Wouf

Et Houay Saï perte… autre possible accès à Houay Saï résurgence. Nous avons équipé et positionné les canots jusqu’au shunt du siphon 1, topographié 1,7 km de nouvelles galeries, et, dimanche, 4 d’entre nous partent en pointe, longue sortie, escalade difficile pour tenter de shunter le siphon 2…

Florence Guillot à l'escalade de Tham Wouf

Florence Guillot à l’escalade de Tham Wouf

A bientôt !
L’équipe GB la crème de la crème :-)

Partage du matériel et passage en revue du collectif. Bonne nouvelle hier soir : nous avons toutes les autorisations pour la spéléologie. Rebonne nouvelle ce matin nous poserons le camp de base à Ban Vieng. Les objectifs se précisent : http://explo-laos.com/Expeditions/2017-prepa.html .

Charles est arrivé avec Richard. Julien Et Florian aussi. Michel nous a rejoins péniblement avec une journée de retard, arrivé trop tard pour passer le poste frontière.

L’achat de la nourriture et de l’eau occupe la matinée du vendredi. L’équipe de Charles se constitue, ils resteront sur le secteur de Thakhek.

Les biscuits crackers pou notre petit dej’

Du nougat aux cacahuètes !

Des nouilles ! (Dans les cartons)


Et les shaddocks pompent et pompent…

On fait le plein de matelas colorés

Richard un des plongeurs et Tik de Green discovery

Les colliers plastiques sont partagés équitablement

Les rongeurs ont entamé les réserves de noddles… à jeter.

Inventaire du collectif et partage des cordes et des boîtes de maquereaux


Réception des 4×4

L’équipe GB est arrivée à Thakhek, il est tant de préparer l’approvisionnement au marché et de réceptionner les deux 4×4. Le moment du marché est évidement folklorique : crapauds, grenouilles, anguilles et poissons chats au rayon marée, on se rabat sur les fruits et herbes aromatiques. Avec du riz gluant et des noddles on devrait s’en sortir.

Inspection des 4×4, bas de caisse, moteur, roue de secours tout est checké


Friture du Mékong on note le chasse mouche efficace Avec une baguette nouée d’un sac plastique

Nouilles de riz,on préférera des noddles de blé qui se mangent sèches sous terre

Personne n’est entomophage, pourtant le choix est là

Des princes charmants pour les filles de l’expé

 

C’est parti !

Premiers départs : Europe-Bangkok-Nakhon Phanom-Thakhek, 2 jours pour rejoindre notre point de ralliement au pied du massif de Khammouane. Thakhek est une petite bourgade située au bord du Mékong face à la Thaïlande.
On y retrouvera Charlie qui réalise un repérage sur le karst de Khamouanne depuis 3 semaines. Nous avons hâte de savoir ce qu’il a trouvé !
Nous avons 3 jours pour tout préparer sur Thakhek : réceptionner les 4×4, acheter au marché ce qui nous manque, vérifier les autorisations dont nous avons besoin, nous coordonner pour le démarrage, etc. On ne manquera pas de manger nos derniers repas au resto, d’envoyer nos derniers mails et peut-être… de tenter un massage thaï ;-).
4x4 dans le poljé de Ban Vieng, au centre du Khammouanne, K15 - photo Serge Caillaut

4×4 dans le poljé de Ban Vieng, au centre du Khammouanne, K15 – photo Serge Caillaut

Départ de l’équipe Poljé le 25 février de Thakhek pour monter le camp la même journée et attaquer les explorations le lendemain. L’équipe restera 15 jours sur le même site.
L’équipe CM et les plongeurs restent à Thakhek une semaine et œuvreront dans le réseau Houay SaÎ Khoun Dôn, la plus grande cavité laotienne connue à ce jour que nous explorons depuis des années. Il s’agit de peaufiner l’exploration et, notamment de poursuivre les plongées.
L’équipe se déplacera ensuite, vers l’est, pour poursuivre l’exploration du système Cassan-Sbardella. http://www.explo-laos.com/Histoire/Marie_Cassan.html.
Civettes en vente au marché de Thakhek - photo Denis Langlois

Civettes en vente au marché de Thakhek – photo Denis Langlois

Enfin, les deux équipes se rejoindront pour poursuivre une semaine de plus.

En parallèle, l’équipe scientifique début pendant une semaine avec l’équipe CM, puis rejoint l’équipe poljé la seconde semaine.
Enfin, si tout se passe comme prévu… 😉
Car une expé, c’est aussi toujours plein d’imprévus, qu’il faut solutionner… à suivre
Flo

La tension monte

Les dates de départ approchent sérieusement.

Les courriels tous azimuts fusent de toutes parts.

Cela s’active dans les chaumières et les réserves matériel. Qui prend quoi ? Un passage chez le pharmacien, un rappel de vaccin…

On parle évidemment sous. Qui tient les comptes ? Combien, quand et comment paie-t-on ?

Pot-au-feu-de-canard-au-foie-gras-bouillon-epiceQui mange quoi ? J’suis pas difficile mais végétarien, allergique au lait depuis mon sevrage mais ai la bouche qui s’adapte à tous les goulots.Et nous voilà déjà délirant sur des menus gastronomiques de rêve à déguster avant et après les 3-4 semaines de riz-collant qui nous attendent. Quoi que ! On peut quand même se lécher les babines à en tomber le cul par terre avec la cuisine asiatique même quand elle est préparée sur un feu de bois à même le sol par les cuistots locaux. Parole d’expé ! Ah, la bouffe, le nerf de la guerre en expé. Et temps qu’à faire, autant se faire plaisir car bien manger- manger sainement maintient la santé, la forme physique et le moral des troupes! Nous aurons donc une équipe au TOP !

Paraît qu’il n’y a pas de masseuses pour vous réveiller. Pas grave puisque cette jouissance des spas est évidemment bien plus appropriée après l’effort physique et la douche chaude journalière à la sortie de grotte. Aaah !

Allez, ça sent déjà l’expé. 0n est presque partis. Et on rêve déjà de découverte, de l’euphorie d’une jonction avec le réseau… Rêve qui deviendra, nous en sommes persuadés, très prochainement réalité. On vous tiendra informés dès qu’on aura la possibilité de se connecter, ce qui là-bas n’est pas gagné…

JPB

Carte postale de Vientiane

Salut les poteaux,

buddha-parkArrivé au Laos depuis jeudi. Un court séjour à Vientiane, pour rencontrer AVRLaos, notre loueur de voitures, puis discuter avec les dirigeants de Green Discovery (GDL) notre prestataire de service, qui gère les relations avec l’administration Lao et fournit nos cuisiniers-interprètes.
Terry, notre pote américain expatrié, qui, après neuf ans sur place connait tous les méandres de la pensée lao, a été d’un grand soutien. Il connait aussi les meilleurs restaurants de la capitale !
Transfert ensuite à Thakhek, et première réunion impromptue avec Ola, le manager de GDL sur place. Pour l’instant, tout semble baigner : les interdictions d’accès à certaines cavités, cibles très importantes de notre expé, devraient être levées. Je rencontre ce soir le responsable de la Police Touristique, pour lever les dernières incertitudes et préciser les modalités administratives de notre séjour.
A part ça, il fait grand beau, 30°C et je jubile un peu (sadisme latent…) en pensant à vous qui vous gelez les noix :-p
C’est le nouvel an chinois. Bruit et bazar un peu partout. On verra ce soir si on arrive dormir… En attendant, c’est BeerLao, beignets de crevettes, bananes fourrées ^^.
Charles

ALLO, ALLO…. LAO, LAO…S

Smartphone-Echo-First-Dual-SIM-NoirCôté téléphonie, le Laos a bien du retard sur les pays voisins. Pas besoins donc de venir frimer avec un modèle de portable de la toute dernière génération. Le vieux modèle avec grosse carte SIM récupéré chez la grande tante sera tout aussi utile. En y glissant une carte SIM lao, les SMS coûteront trois fois moins cher. Comme il n’y a pas de possibilité d’échange de data sur le réseau de téléphone local vous serez donc privés de contact journalier avec vos amis Facebook. Plus gênant, nous ne pourrons non plus pas leur faire partager les joies de nos découvertes.

Côté pneus, c’est confirmé. Nous aurons des Tubeless et les gonfleurs ont été réceptionnés. Voilà donc un souci de matos mis à plat.

En ce qui concerne les kits de réparation : patience, patience. 3/4 d’une journée ont été nécessaires pour trouver un site de vente en ligne qui voulait bien les livrer en Belgique. Non, mais ! Sont vraiment à crever les mecs,

Mais quand on veut, on pneu et on a fini par trouver. Faut juste un peu de ténacité.

Mais compléter à chaque fois le formulaire pour n’apprendre seulement quasi à la fin du processus que la livraison est impossible a vraiment pompé pas mal de temps et nous les a, avouons-le, quand même un peu gonflé…!

S’ils ne se dégonflent pas d’ici là, nous serons normalement livrés vers le 23/01

JPB

Question de santé

C’est la faute aux femelles  : à écouter son toubib que seule la géolocalisation de l’OMS importe, il faut admettre les risques des problèmes d’estomac, d’intestin ou autres pour se protéger du palu.
aedesGD-tigresseA cette saison (sèche), moi je préfère l’élégance des longues manches et la frivolité des parfums soutenus au Deet pour échapper aux piqûres des femelles… moustiques bien évidemment.

Bon, bon les pilules : L’accord est par contre unanime sur la pharmacie de base du voyageur, agrémentée de quelques « bonbons » plus perso. A chacun ses goûts et ses couleurs.

Morale de l’histoire : Comme m’a dit mon chef, vous êtes tous piqués pour aller dans des coins pareils. Déjà  sous terre il fait noir et humide alors qu’à l’extérieur, c’est plein soleil ! Mais mettre les pieds où personne ne les a jamais posés est à ce prix !

JPB